samedi 14 janvier 2017

La campagne choc d'une asso nantaise contre le harcèlement scolaire.



On a vu apparaitre dans la ville des affiches chocs contre le harcèlement scolaire. l'initiative vient d'une association nantaise : la ACHE (Association contre le Harcèlement à l'Ecole).

Elle a utilisé l'idée simple qu'une victime, peut, un jour devenir à son tour bourreau. On retrouve ainsi, avec le portrait de Marine Lepen, la phrase : "A force de tirer les cheveux de la petite blonde du premier rang, un jour elle voudra se venger". Pour Emmanuel Macron, c'est le martyre du premier de la classe ; pour Nicolas Sarkozy, le petit bousculé ; et pour Jean-Luc Mélenchon, le bouc émissaire.

Une campagne qui déplait au plus haut niveau, mais qui a l'avantage d'être efficace!


Ou qui aurait pu... Si vous en êtes à lire ces lignes c'est que vous faites partie d'une minorité de gens qui lisent les articles avant de les partager, "liker", ou commenter sur les réseaux sociaux. Peut-être faites-vous même partie de ces rares personnes qui vont jusqu'à vérifier les infos qu'ils lisent. Dans ce cas félicitations, c'est de plus en plus rare ! L'étape suivante ce serait d'avoir toujours le même sens critique face aux nouvelles, d'où qu'elles viennent. Et si celles que vous lisez d'ordinaire sont vraies, il n'en reste pas moins important de savoir les décrypter et comprendre comment elles vous sont présentées! allez, bonne journée! et sans rancune!

vendredi 6 janvier 2017

Avec 2,8 grammes, il pensait échapper au contrôle car il était à cheval.


La scène s'est déroulée au petit matin à Sucé-sur-Erdre, lors d'un contrôle de police. Un homme d'une soixantaine d'années, sensiblement éméché, circulait sur la départementale 69, visiblement de retour d'une nuit agitée dans Nantes.

Interpelé par la police, il a déclaré "pouvoir diriger son cheval puisque ce dernier n'avait pas bu". Or, le code de la route est formel, s'il est autorisé de circuler à cheval, c'est au cavalier d'être maitre de sa monture. Il n'a certes pas besoin de permis et doit avoir plus de 14 ans, mais il se doit aussi, comme les autres usagers de la route, de ne pas dépasser les taux d’alcoolémie autorisés.

L'homme a été contrôlé avec un taux de 2,8 grammes d'alcool dans le sang et a été placé en garde à vue pour déclaration mensongère, puisque le cheval, lui aussi a été contrôlé positif à divers stupéfiants.